vendredi 4 octobre 2019

L'année OPHELIA 2019/2020 s'installe à la Rochelle




La céramiste et galeriste rochelaise Axelle Gaussen avec le metteur en scène de théâtre et d’Opéra Antoine Campo lancent l’année OPHELIA à la Rochelle dont le premier volet commence le  14 septembre jusqu'au 7 janvier 2020.

Trois lieux, trois évènements, dont  « Cosmogarden Ophélia » de l’artiste japonais Aki KURODA à la Manufacture Laleu, « Ecophelia » installation de la plasticienne Béatrice BISSARA en binôme avec Antoine CAMPO à la Porte Maubec, « Exposition Ophélie » à la Manufacture Centre Ville avec 8 artistes dont Frédéric ATLAN, Moustapha BAIDI OUMAROU, Jean-Luc CURABET, Hélène LAMARCHE, Anne SLACIK, Prisca TEMPORAL, Catherine WILKENING et comme invitée d’honneur Suzanne OBRECHT

Cela fait 30 ans qu’Antoine Campo travaille sur le thème d’Ophélie personnage mythique de la tragique histoire d’Hamlet, Prince du Danemark, la plus longue et l’une des plus célèbres pièces de William Shakespeare, parue vers 1603 en anglais à Londres.

Une des sources les plus probables, fruit de l’imagination de Shakespeare est sans nul doute la légende scandinave d’Amleth  écrit par Saxo Grammaticus vers 1200.




Hamlet a été repris et adapté plusieurs fois au théâtre, à l’Opéra, en littérature, au cinéma, en arts plastiques par les peintres  Eugène Delacroix - 1844 au Louvre, John Everett Millais – 1851 à la Tate Britain de Londres, Alexandre Cabanel – 1853 collection particulière, Paul Delaroche – 1853 au Louvre, Gustave Moreau – 1883 ; en musique par Franz Liszt, Berlioz, Piotr Tchaïkovski puis en 1971, Serge Gainsbourg écrit une chanson « La Noyée » restée longtemps inédite et également en 1976 Johnny Halliday sort un double album  intitulé HAMLET avec 28 titres

Ophélie fille de Polonius Conseiller du Royaume, idylle d’Hamlet, fils du premier Roi du Danemark assassiné par son frère Claudius, remarié à sa mère et autoproclamé Roi à sa place.
Le spectre de son père le charge de venger son meurtre
Hamlet éconduit Ophélie, tue par erreur son père au lieu de Claudius, elle sombre dans la folie  Elle est retrouvée mystérieusement morte noyée dans un ruisseau, suicide ou accident ?

"Etre ou ne pas être", la question est là ! « To be or not to be » soliloque d’Hamlet,le plus célèbre de toute la littérature anglaise.




La noyade est le moment le plus représenté pour Ophélie.
Le philosophe Gaston Bachelard dans « L’eau et les Rêves » nous parle du Complexe d’Ophélie, du naufrage et du côté mortifère des eaux croupies. Les thèmes mélancoliques sont également propres au "symbolisme". Les mythèmes de la figure d’Ophélie, parlent de la Beauté virginale, de l’élément aquatique, de la Nature, ou encore du sommeil.

Ophélie incarne aussi bien la pure passion, l’amour, la folie, la mort et la vie

Pour Antoine Campo, Ophélie a été son point d’ancrage parallèle, imaginaire et secret pendant trente ans. Il produit des films courts, des vidéoclips, des films d’art et des mises en scène pour le spectacle vivant en France et dans d'autres pays. En 2020, Ophélie partira à la  Ciotat.
L’enfance, le don de soi, la langage des fleurs, la folie, la noyade, le chant, la perdition, le deuil et l’amour fou sont pour lui des thèmes chers

Antoine Campo découvre lors de la Nuit Blanche 2018 à Paris, place Saint Germain des Près, l’exposition de Béatrice Bissara l'« Ecologie de la Conscience ». Il est subjugué par l'installation  des  "Derviches Tourneurs" avec ce mouvement ancestral, hypnotique complétée d'une projection et du son musical 
Cette oeuvre lui fait écho à la danse d’Ophélie en camisole de force blanche, tournoyant jusqu'à l’épuisement dans le clip de création de la songwriter new yorkaise Gabriela Arnon « The Other Side of Tears »
Ainsi est né de créer à deux autour du drame d'Ophélie





Béatrice Bissara cherche très tôt à tisser des connexions entre monde visible et monde invisible, porte sur la conscience et notre rapport au réel. A travers sa propre expérience et perception cosmologique du monde, elle questionne cette réalité en cherchant à repousser les limites de notre perception.
L’artiste renouvelle sa pratique d’installation immersive pour mettre en scène la folie d’Ophélie. Sous forme de sculpture drapée de tissu blanc fluide. elle tournoie au son d’une création musicale et d'une vidéo représentant l’élément aquatique, telle une naïde avec cette notion d’ambivalence de l’eau

Antoine Campo met en valeur tout autour de cette nymphe ses décors ayant servis dans ses œuvres. Deux de ses films sont projetés « The Other Side of Tears » avec Gabriela Arnon et le film « Ophélia musique Jak Belghit »

La Porte Maubec au centre ville de La Rochelle devient le temps de l’Événement le Château d’Elseneur au Danemarck, ambiance feutrée, mystique, le temps de la tragédie.  Magique! A voir!


Elisabeth PETIBON





Aucun commentaire:

Publier un commentaire